Kwen pawòl lib : le nouvel espace alternatif de discussion lancé par Kafounews à Carrefour

Kwen pawòl lib : le nouvel espace alternatif de discussion lancé par Kafounews à Carrefour

Le média en ligne Kafounews a lancé le jeudi 11 avril 2024, "Kwen pawòl lib", un espace de rencontre-débat au local de Caroline bar à Mon repos 38, Carrefour. À travers cette initiative, la direction de Kafounews se donne un objectif ambitieux: rassembler les jeunes pour discuter de façon critique sur des sujets d’intérêt collectif.

Les affrontements entre gangs rivaux dans la région métropolitaine ont engendré des déplacements (forcés) massifs de citoyens de toutes les couches sociales. Un état de fait qui a des répercussions sur le cours de la vie, influant notamment sur la fermeture forcée des rares espaces où les jeunes qui s’intéressent aux choses de l’esprit pouvaient se rencontrer et discuter. Voulant maintenir cette lueur de l’espoir et combler le vide immense engendré par la situation, Kafounews lance "Kwen pawòl lib", un espace alternatif de discussion à Carrefour.

La première sortie a été une réussite. De nombreux jeunes étaient présents malgré le contexte d’insécurité. Ils ont activement participé à l’intervention du docteur en Sociologie et professeur à l’Université d’État d’Haïti Franck Séguy qui se déroulait autour du sujet: "batay politik nan mitan kriz sosyal la an Ayiti : yon refleksyon sou konjonkti a".


Le professeur Franck Séguy, dans ses propos, a montré la nécessité d’étudier de façon critique la formation sociale haïtienne en vue de dégager une compréhension éclairée de la crise sociale à laquelle le pays fait face. En d’autres termes, pour mieux cerner le mal qui ronge le présent, il nous faut, selon les propos du professeur, une prise en compte de notre passé historique. En ce sens, il faut remonter cette situation de crise au début du XIXème siècle haïtien (1806), comme période fondamentale. Avec l’émergence de deux modèles pour (l’avenir et /ou) la gestion politique du pays fraichement libéré : un modèle dépendant représenté par les classes dominantes du pays et un modèle autonome représenté par les bossales qui sont majoritaires et marginalisés. Pour asseoir leur autorité, les tenants du premier modèle en complicité avec l’international communautaire s’engage dans une lutte systématique contre les masses populaires qui leur opposent une résistance farouche sous diverses formes et ce, depuis toujours. Selon le docteur Séguy, l'international communautaire est un concept propre à Jean Anil Louis Juste, un penseur haïtien, pour désigner la prétendue communauté internationale où ce sont pour la plupart les anciens pays colonialistes qui fixent les règles du jeu dans leurs intérêts propres et les violent quand ça leur va au gré des circonstances.

Le professeur Franck Séguy, dans son exercice de diagnostic, soutient que toute analyse de la situation critique actuelle du pays qui se veut complète doit prendre en compte à la fois les facteurs internes et externes. En ce sens, il a fait mention de cinq éléments pour comprendre les relations de la République d’Haïti avec l’international quelques temps après son indépendance politique jusqu’à nos jours. Les puissances impérialistes telles que la France, l’Allemagne, l’Angleterre et les États-Unis se sont lancées dans une course acharnée pour le contrôle de l’espace géographique d’Haïti ; pour savoir qui d’entre elles allait libéraliser l’économie de la première République Noire ; pour la prise du contrôle du commerce interne et externe de ce pays ; pour la question de la dette de l’indépendance d’Haïti ; enfin par ce que Haïti était /est considéré comme une anomalie pour l’ordre mondial établi.

Les échanges entre l’intervenant et l’assistance ont été sans conteste fructueuses. Chaque question posée traduit résolument l’intérêt des participants pour trouver des réponses appropriées aux problèmes ponctuels de leur pays. Le sociologue Franck Séguy, tout en évitant de considérer ses propos comme des recettes magiques, voit dans l’éducation le véritable pilier pour sortir Haïti de cette longue crise. Une position que l’homme de science défend en mobilisant de nouveau l’histoire. En mars 1860, la formation des jeunes haïtiens, donc l’avenir du pays, a été confiée à des prêtres jésuites, citoyens de l’ancienne métropole française vaincue. De toute évidence, le système éducatif haïtien n’a été conçu que pour former des intellectuels colonisés, individualistes de surcroît. Un système formaté de toute pièce pour renforcer l’inégalité sociale en Haïti. Face à cette réalité, le chercheur Séguy dit qu’il faut non seulement former les jeunes haïtiens et haïtiennes, mais encore, il convient de former ceux qui seront engagés comme éducateurs à cet effet. Ce processus est lent certes, mais efficace pour avoir le /la nouveau / nouvelle/homme/femme haïtien.ne, moteur.trice du changement social d’Haïti, a laissé croire le professeur-écrivain Franck Séguy.

Sans langue de bois, on peut dire que la première sortie de "Kwen pawòl lib" a été un succès total. La salle était entièrement remplie de jeunes venus de différents quartiers de la commune de Carrefour. "Kwen pawòl lib" est cet espace qui donne aux jeunes l’accès de prendre la parole librement, une parole critique et non-censurée qui peut contribuer à l’avancement de la pensée critique, selon ce qu'a laissé entendre le sociologue Jackson Lafleur, l’un des tenants de ladite initiative.

Notons que "Kwen Pawòl Lib" a lieu chaque deuxième et quatrième jeudi du mois.


Jameson Marcelin (Jamar)



*Cette publication s'inscrit dans le cadre de la restitution de l'atelier d'écriture journalistique réalisé les 29 et 30 mars 2024.

Share

La Rédaction 234

Kafounews

Laisser un commentaire

0 Commentaires